La fin des CV n’est pas celle du photovoltaïque

La fin des CV n’est pas celle du photovoltaïque

L’actualité sur les certificats verts inquiète à juste titre les particuliers.
Dans l’incertitude entretenue par l’absence de position claire du gouvernement wallon, il est à craindre que le public finisse par se méfier en bloc des énergies renouvelables et du solaire en particulier, et cela à cause de promesses non tenues.
Or plus que jamais, il faut investir dans le renouvelable, avec la rentabilité comme premier critère. Et il faut soutenir ces investissements par des aides, mais de façon plus intelligente et plus efficace.

Je défendrai ces arguments à plusieurs reprises dans les médias au cours des prochains jours.
En voici un premier aperçu en radio.

Voici un compte-rendu textuel de l’émission radio du 21 mars (Matin Première).

***

Le dimanche 24 mars j’étais aussi à l’émission « Mise au point » sur la RTBF en télévision. Vous pouvez revoir le débat ici (il commence à la minute 35:15) :

Un compte-rendu textuel de l’émission est également disponible.

Laurent Minguet

1 commentaire Laissez le votre

  1. le 26 mars 2013 à 07:16

    AvatarAnonymous #

    Bonjour,
    Je pense que derrière ces attaques concernant ces erreurs de gestion, il y a une véritable volonté des lobby du nucléaire pour discréditer la filière des énergies renouvelables. Pour s’en rendre compte, il suffit de voir ce que disent certains mouvements tels que VentdeRaison. Pour eux l’éolien, c’est la catastrophe du millénaire: problèmes environnementaux, mauvais rendements, des coûts qui vont nous entrainer vers la faillite de notre systeme. mais quand on regarde qui sont les têtes pensantes chez VentdeRaison, on s’aperçoit que ce sont souvent des gens qui sont liés de près au nucléaire. Encore une fois comme partout ce sont les lobby économiques qui cherchent à brouiller les cartes.
    Bonne continuation Monsieur Minguet.
    Alain Dubart

Laisser une Réponse