Des pellets dans une centrale préhistorique

newsimage
Récemment, Electrabel reconvertissait l’unité « charbon » de sa centrale des Awirs, près de Liège, en unité « biomasse ». Une opération à la fois bonne pour son image, pour l’environnement, mais surtout pour le portefeuille de la compagnie qui peut ainsi prolonger la vie d’une centrale préhistorique au rendement médiocre…

C’était en novembre 2005. Electrabel inaugurait la reconversion d’une unité de la centrale électrique des Awirs, à Seraing. Désormais, l’unité Awirs-4 ne brûle plus du charbon mais bien de la biomasse sous forme de pellets issus de forêts gérées durablement. Selon l’ASBL Forêt wallonne (1), il s’agit de la première centrale européenne de biomasse de grande importance (80 MW). Chaque jour, quelque 1200 tonnes de granulés de bois arrivent par la Meuse essentiellement du Canada et de Pologne pour alimenter la chaudière de l’unité (2). Ils sont stockés, broyés, puis la poussière obtenue est brûlée. La vapeur d’eau produite fait alors tourner une turbine génératrice d’électricité. La seconde unité de la centrale des Awirs fonctionne, elle, toujours au mazout et au gaz naturel…

Moins de 40% de rendement

Mais pourquoi diable Electrabel a-t-elle investi 6,5 millions d’euros dans cette transformation des Awirs alors que les pellets brûlés coûtent plus cher que le charbon? Serait-ce pour soigner son image? C’est sans doute une partie de la réponse. «La combustion de biomasse aux Awirs est en fait l’arbre qui cache la forêt, explique Jean-François Fauconnier, responsable de la campagne «climat» chez Greenpeace. Ces dernières années, Electrabel a surtout investi dans des centrales nucléaires, au charbon et au gaz. En 2004, la part des sources d’énergie renouvelables dans la production électrique totale d’Electrabel en Belgique était de 0,6% (3)
Mais pour l’association écologiste, les vraies motivations du producteur d’énergie résident ailleurs. En effet, la centrale des Awirs a été construite voici plus de… 50 ans. Elle est donc vieille et son rendement médiocre. «Moins de 40% de l’énergie primaire y est transformée en électricité. Le reste est perdu sous forme de chaleur, en grande partie via les tours de refroidissement et cheminées, avec un gaspillage gigantesque à la clé.» Pour Greenpeace, donc, la transformation des Awirs présente toutes les apparences d’un «lifting vert» destiné à prolonger la durée de vie d’une centrale complètement obsolète en regard des standards de rendement actuels qui sont de 85 à 90% pour la cogénération (4).

Un bug dans le système

Mais surtout, selon Jean-François Fauconnier, la motivation principale d’Electrabel serait d’ordre financier: le producteur d’énergie va obtenir, grâce au lifting des Awirs, quelque 400.000 «certificats verts» pour la production d’électricité «verte» (lire Certificats verts: kezako?!?). Ainsi, grâce aux Awirs, une centrale préhistorique au rendement plus que médiocre, Electrabel va pouvoir atteindre les quotas assignés par la Région wallonne en matière de production d’électricité «verte». Et donc éviter ainsi de payer de lourdes amendes. A 100 euros le certificat vert manquant, Electrabel empoche virtuellement 40 millions d’euros par an (5).
Pour Greenpeace comme pour le Conseil flamand pour l’environnement et la nature (Mi-Na Raad), il y a un sérieux «bug» dans le système. Qui devrait dès lors être réformé. En effet, attribuer des certificats verts à des installations amorties depuis longtemps décourage la construction de nouvelles installations fonctionnant exclusivement avec des sources d’énergie renouvelables. D’après les calculs de Jean-François Fauconnier, l’investissement d’Electrabel pour la transformation des Awirs a été amorti en moins de quatre mois.
Bonne affaire, en effet…
D.L.

(1)Forêt MAIL n°18.
(2) Plusieurs projets de constructions d’unité de fabrication de granulés sont en cours en Région wallonne, notamment à Bièvre où la société Granubois compte produire quelque 18.000 tonnes par an.
(3) Rapport annuel 2004 d’Electrabel.
(4) De plus, selon le Rapport environnemental 2004 d’Electrabel, moins de 8% de l’électricité produite en Belgique par l’entreprise énergétique le sont dans des centrales de cogénération… contre 30% aux Pays-Bas et 50% au Danemark.
(5) L’entreprise pourrait même, à l’avenir, revendre ses excédents de certificats (prix actuel du marché: environ 91 euros pièce).

En savoir plus:
Reportage dans la centrale des Awirs (février 2007).
Article de Didier Marchal (ValBiom) dans Silva Belgica (janvier 2006).

2 Commentaires Laissez le votre

  1. le 10 mai 2007 à 14:09

    AvatarJean Destenay #

    très éclairant. Greenpeace publie dans La Libre Belgique d’aujourd’hui une opinion intitulée « Electrabel, une vérité qui dérange », qui dénonce notamment cela:
    http://www.lalibre.be/article.phtml?id=11&subid=118&art_id=347403

  2. le 14 juin 2012 à 10:56

    AvatarAnonymous #

    Importer des pellets du canada, par bateau…on croit rever !
    La consommation de fuel lourd des navires est elle moins importante que celle de la centrale avant sa conversion ????

Laisser une Réponse